1.



 

Partagez|

Un mal de vivre terrible. [F. Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ian Calloway

Mes bougies : 36 ans
Lettres : 811
Date d'inscription : 05/09/2015
Localisation : Broken Hill
Emploi/loisirs : Médecin/obstétricien-généraliste
Humeur : reste optimiste

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyLun 23 Nov - 4:35

Les trois jours avaient passés. Le psy était venu me revoir. Alexa avait passé plus d’heures qu’il ne le fallait avec moi ces trois derniers jours. Elle avait tout fait pour m’aider. Je prenais régulièrement mon traitement. Mais il ne fonctionnait pas. Dès qu’Alexa me quittait, je retombais… Pourtant, je mentais aux personnels, j’avais mentis à mon psy et surtout, je mentais à Alexa. Je leur ai tous fait croire que j’allais bien. Que le traitement fonctionnait. Je savais très bien joué mon jeu. Surtout quand je n’étais pas seul. Mais dès que je me retrouvais seul dans ma chambre, je sombrais de nouveau. On m’avait transféré à l’aile psychiatrique et comme j’avais mentis, on m’avait placé dans le minimum. Je n’avais pas les mêmes soins que ceux qui avaient une dépression dangereuse. J’avais mentis, donc je n’avais pas le droit au même traitement. J’avais donc une chambre normale. J’avais vu mon psy le matin même et ça n’avait pas donné quelque chose de bon. Il avait refusé ma sortie. Alexa était donc resté avec moi jusqu’à minuit, où elle devait rentrer dormir. Elle m’avait promis de revenir dès six heures le matin. Elle savait ce que je risque de faire, mais elle espérait que je dorme toute la nuit. Elle est partie après que je me sois endormi. Je regarde l’heure à l’horloge, il était 3 :00 du matin. Je me passe une main dans les cheveux. Pourquoi j’avais mentis? Je me sentais mal. J’avais besoin d’une présence. Je n’aime pas être seul. Mon regard balaye la pièce. Et puis il se porte sur mes poignets cicatrisés par l’erreur que j’ai faite il y a 3 semaines. Je soupire et des larmes coulent sur mes joues. Mon cerveau me semblait être en ébullition. Je me sentais mal, triste et perdu. Le traitement ne marchait pas et le fait d’être obligé de passer un mois ici encore, me terrifiait. Je n’avais qu’une envie, partir de ce monde. Finalement, j’avais raison de ne plus vouloir vivre. Je suis seul. Je me sens pas bien. Et je ne peux rien faire de mes journées. Je ne supporte pas l’idée qu’Alexa est obligé d’endurer, de subir mon mal. D’être obligée de passer ses journées à me surveiller. Ce n’est pas une vie. Je la rends malheureuse. Je dois la libérer de ce mal. Je me lève pour aller ouvrir la fenêtre, mais impossible, elle est bloquée. Je soupire. Il n’y avait rien dans cette chambre qui me permettait de passer à l’acte, une seconde fois. Frustré, déçu et en colère contre mon psy, je pose mon front contre le mur de ciment près de la fenêtre. Je me le frappe à intervalle de deux secondes. Tout d’abord, doucement et puis, de plus en plus fort. Je sens quelque chose de chaud me couler sur le visage. Le mur râpait mon front à force de le frapper contre celui-ci. Je criais, je frappais de plus en plus fort. Ma tête me faisait mal. Je sentais battre mon cœur dans mes tempes. Mon sang tâchait ma robe d’hôpital. Je finis par m’ouvrir le front et sans m’en rendre compte, je tombe au sol, inconscient, mon sang continuant de se vider tranquillement…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jmallette-designgraph.com
avatar

Invité
Invité

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyLun 23 Nov - 7:07

Après une longue journée de travail, je m'étais endormit dans les bras d'Aimerik, j'avais ressentit vital sa présence alors je m'étais diriger chez lui pour manger le souper avec lui et dormir auprès de lui. J'avais su pour Ian. Et pour être franche je ne savais pas si je devais aller lui rendre visite le lendemain. Tout simplement parce qu'il est déjà bien accompagner par Alexa. Alors il a sûrement pas besoin de moi. M'endormant paisiblement dans la nuit mon téléphone sonne, se qui me réveille ainsi qu'Aimerik. Surprise de voir l'heure , je me demande bien qui pourrais m'appeler a 4H du matin. Décrochant, j'écoute l’interlocuteur se présenter. Ainsi j'apprends que c'est l’hôpital psychiatrique. Il m’appelle concernant Ian. Qui était apparemment en crise. Je leur demande d'apeller Alexa plutôt que moi. Mais ils m'informent qu'ils n'arrivaient pas a la joindre alors ils ont appeler au deuxième numéro d'urgence. Surprise, je me demande bien pourquoi Ian a mit mon numéro au lieu de sa sœur. Mais bon passons. Raccrochant, je me lève après avoir embrasser aimerik lui détaillant se qui s'était passer. Puis m'habillant d'un jogging et d'un haut de jogging, je pars en voiture a l’hôpital psychiatrique. Arrivée devant les portes fermer, je sonne a l'interphone puis me présente. Ils me font entrer. Tout de suite dans le couloir, le personnel viens m'expliquer la situation. Je soupire et me dirige dans sa chambre ou je le retrouve inconscient par terre avec un pansement sur la tête que le corps médical venait de faire. Mais ils n'arrivaient pas a le faire revenir a lui. Ils voulaient que j'essaye avant d'appeler les urgences pour qu'il aille faire un tour labas. Alors m'approchant, je m'agenouille auprès de lui. Posant sa tête sur mes genoux. Caressant sa chevelure. Ian tu m'entends ? C'est Sarah. Je sais que tu m'entends. Mais justement ouvre les yeux.... Tu sais que tu dois aller faire une radio... Pour ta tête. Alors s'il te plaît ouvre les yeux comme ça je t'y emmènerais et on évitera que ça soit des inconnu qui t'y emmène.... Allez Ian fait un effort.... Me penchant, je l'embrasse sur la joue Caressant sa chevelure d'une main et de l'autre sa joue avec mon pouce.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Calloway

Mes bougies : 36 ans
Lettres : 811
Date d'inscription : 05/09/2015
Localisation : Broken Hill
Emploi/loisirs : Médecin/obstétricien-généraliste
Humeur : reste optimiste

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyLun 23 Nov - 15:03


Je ne sais pas combien de temps il s’est passé depuis que je suis tombé sans connaissance. Oui j’étais conscient, oui je le faisais exprès. Non je n’ouvrirai pas les yeux. J’entendais parfaitement ce que Sarah me disait. Je ne voulais pas de ce scan. Tant mieux si j’ai un Caillaux au cerveau, j’en mourrai. Je ne veux pas vivre toute ma vie comme ça. Enfermé à l’étage des « fous ». Je n’ai pas envie de tuer la vie d’Alexa et de Sarah par la même occasion. Je veux, ne plus, leur être un poids dans leurs vies. Je sais ce qu’un dépressif peut donner à long terme. Des rechutes sans arrêts. Sans savoir pourquoi ni comment. Et dans mon cas, ça pourrait arriver assez souvent dans les années à venir. Mais pour ne pas l’inquiéter, j’ouvre les yeux. Sarah… ne me sort pas … de cette chambre… Je me relève, posant ma main sur mon front. Je me rends compte qu’il est pansé. Je soupire. Je tourne mon regard vers l’horloge que ma sœur m’avait donné. 4 :15 du matin. Ça ne faisait pas si longtemps que je m’étais cogné. Alexa sera ici dans moins de deux heures. Je soupire. Je ne veux pas… être soigné… J’essaie de me relever, sans aide. Je titube et me retrouve contre le mur, où il y avait la tâche de sang de mon front. Si ce mur n’avait pas été là, je serais tombé de nouveau au sol. Je reste contre le mur, alors que je sens une énorme pression dans mon crâne. Sentant mon cœur battre dans mes tempes. J’essaie de ne pas le montrer à Sarah. Mais pourtant, je souffrais. J’avais de la chance d’être médecin, car je savais parfaitement ce qui est en train de m’arriver. Je vais… bien… Sarah. Je ferme les yeux contre le mur, ma tête apposée contre celui-ci. Je me sentais lourd et fatiguée. Je voulais dormir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jmallette-designgraph.com
avatar

Invité
Invité

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyLun 23 Nov - 18:36

Essayant de le faire revenir a lui, j'avoue un soulagement m'envahit légèrement lorsque mon regard croise le sien. Lui caressant la joue amicalement pour essayer de l'apaiser un peu. Je l'écoute et soupire. Il ne voulais pas que je le fasse sortir de cette chambre. Mais il en a pas marre de se comporter comme un gamin. Certes il est suicidaire. Mais il n'est pas seul dans cette épreuve. Le laissant se relever avec du mal. Il faut que je me mords les doigts pour ne pas l'aider. Mais vu qu'il ne veux pas que je l'aide actuellement, je respecte son désir. M'approchant une fois qu'il soit contre le mur. Je viens glisser doucement un bras autour de sa taille comme pour l'aider a se supporter. Ian. Tu vas bien, je le sais et tout le monde le sais que tu vas bien. C'est pour cela que tu a voulu te fracasser la tête dans ce mur. C'est parce que tu vas bien. Mais bien sur. On fait tous cela quand on va bien. Non mais Ian arrête s'il te plaît. Je te connais un minimum.... Me mettant en fasse de lui, j'invite du regard le personnel a se mettre a coté de nous deux l'entourant de part et d'autre puis j’enlève mon bras et pose mes mains de chaque coté de son visage. Ian tu sais très bien, que je ne te laisserais pas partir alors que je suis présente. Tu vas aller faire ce scan quoi qu'il arrive. Et le mieux pour toi c'est d'y aller de ton plein gré. Car si tu y vas de ton plein gré je peux peut être parler a ton psy pour qu'il évite de te mettre enfermer avec aucune visite sauf du personnel et du psy. Et je sais que tu ne veux pas être enfermer dans une camisole et surtout ici. Tu a sûrement envie d’être chez toi et non pas seul la nuit c'est ça ? Alors tu va aller au scan avec mon aide de ton plein gré sinon on te mettra sur un brancard attacher pour y aller.... Dans mes paroles j'avais essayer d’être autoritaire mais aussi un peu douce pour ne pas le brusquer et surtout en veillant bien au faite qu'il comprenait parfaitement se que je lui disais. Le voir ainsi me fessais ressentir coupable pour sa stérilité car ça avait été le déclencheur et je m'en voudrais toujours même si je ne le montre pas. Le temps de sa réponse me paraît des heures surtout que je le savais qu'il avait de fortes chance qu'il est un trauma crânien avec potentiel risque d’hémorragie interne important. Ne quittant pas du regard mon ex mais surtout le père de mon enfant, je dit d'une voix calme et autoritaire a l'intention du personnel. Rappelez Mademoiselle Mills et insister jusqu'à qu'elle décroche. De plus appeler pas de suite le Psy. Ian a pas besoin de cela pour le moment et appeler l scanner pour leur dire qu'on arrive de suite. Et le bloc au cas ou...
Revenir en haut Aller en bas
Ian Calloway

Mes bougies : 36 ans
Lettres : 811
Date d'inscription : 05/09/2015
Localisation : Broken Hill
Emploi/loisirs : Médecin/obstétricien-généraliste
Humeur : reste optimiste

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyLun 23 Nov - 19:05


J’écoute Sarah et je compris qu’elle fera tout pour que je fasse ce scan, mais y’en était pas question. Je ne passerai pas ce foutu scan!!! Je me foutais de ses menaces à me faire enfermer avec une camisole, je crois que c'est ce que je mérites dans le fond. Ça me permettrait de me laisser mourir de faim...Je me débattais littéralement quand le personnel essayait de me retenir. Je frappe même l’infirmière à son nez avec mon coude. J’étais en crise. Je criais de toutes mes forces pour qu’on me lâche, qu’on me fiche la paix. Mais littéralement, j’en avais marre que l’on veule prendre soin de moi. Je n’ai plus envie à tout ça. Surtout depuis que j’ai perdu confiance en mon psy. Il m’avait promis que je pourrais rentré avec Alexa. Mais au lieu, il m’enferme dans cet hôpital pour une période d’un mois. Je deviens encore plus dingue à cause de ça. Non, j’ai dis… que je ne veux pas de ce scan. Essaie pour voir, de me foutre sur ce brancard! Mon regard devint avide de haine. Je panique, me débattant. Jusqu’à ce que j’entends dire Sarah, d’appeler Alexa. Je deviens encore plus fou, réussissant à me libérer de l’emprise du personnel, mais faisant attention pour ne pas blessé Sarah, mais je ne me gênais pas pour frapper les infirmiers. Non, vous ne touchez pas à ce téléphone… Si vous avertissez Alexa, je me jette par la fenêtre en fonçant dessus. Et si j’apprends qu’elle est au courant de quoi que ce soit qui c’est passé cette nuit. Je referai une troisième tentative, mais cette fois ci, vous ne pourrez pas me sauver!!! Je jette ensuite un regard à Sarah. Fais bien attention à ce que tu vas faire, crois moi, je suis capable de beaucoup. Les infirmiers essayaient de nouveau de me retenir, mais je réussissais encore à me déprendre. Je me case dans le coin de la chambre entre les deux murs. N’approchez surtout pas!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jmallette-designgraph.com
avatar

Invité
Invité

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyLun 23 Nov - 21:16

Mes paroles n'avais pas eu le résultat escompter au contraire il venait complètement d'exploser et d’être en crise. Il était même violent. Heureusement pas avec moi physiquement mais avec le corps médical oui. Il était juste violent dans ses paroles avec moi. Mais pour le moment il fallait que je le protéger de lui mais que je protège aussi le personnel. Alors criant ne prétend pas attention a son souhait concernant Alexa,j'ordonne aux corps médicale pour qu'ils arrêtent de s’approcher trop prés de Ian. SORTEZ TOUS, JE VAIS RESTER AVEC LUI..... Bien sur pendant un moment ils ne s’exécutent pas. Ils ne voulaient sûrement pas me laisser seul avec lui de peur qu'il me fasse du mal. Mais je ne sais comment l'expliquer mais au fond de moi, une petite voie me somme d'avoir confiance en Ian. Je savais qu'il n'oserait sûrement pas me toucher étant donner mon état de femme enceinte. Puis au bout de 5 minutes de silence, le personne s'exécute enfin me laissant avec Ian ; Je le regarde sans un mot, le laissant se calmer dans son coin. Je m'installe sur la chaise le regardant en silence le laissant venir me parler s'il en a envie mais le silence me réponds seulement alors soupirant je me lève et m'approche doucement vers ce dernier m'agenouillant a quelques mètres. Tu veux mourir c'est cela? Et tu crois que ta mort va arranger les choses? Certainement pas, Alexa va se sentir coupable et peut être même se suicider juste après toi.... c'est ce que tu veux ? TU veux avoir la mort d’Alexa sur la conscience? Je me demande même comment tu peux etre si égoîste. Tu a une amante qui t'aime, tu vas être père... et toi tu refuse toute aide. Tu sais que d'autre homme voudrait etre a ta place...Enfin bon bref tu veux rester ici. Alors tu restera mais moi aussi et quand tu t'effondra, je serais la première a te sauver la vie une nouvelle fois....
Revenir en haut Aller en bas
Ian Calloway

Mes bougies : 36 ans
Lettres : 811
Date d'inscription : 05/09/2015
Localisation : Broken Hill
Emploi/loisirs : Médecin/obstétricien-généraliste
Humeur : reste optimiste

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyLun 23 Nov - 22:17


Ma tension diminua quand je me retrouve seul dans la chambre avec Sarah. Elle s’assoit sur une chaise, attendant quelque chose de moi. Mais je ne fis rien, je n’ouvre même pas la parole. J’étais au pic de ma dépression comme cette Rita, la folle de la chambre d’à coté, que j’avais soigné lors de la tempête et que j’avais loupé un truc dans ses soins. Elle ne m’aime pas, je le sais, mais passons. Je regarde Sarah s’approcher de moi et se foutre en petit bonhomme devant moi. Elle me parle. Je l’écoute et je finis par soupirer. Je n’avais pas envie qu’elle réussisse à me calmer. Je ne voulais pas me calmer ! Mais dès qu’elle mentionna le futur possible suicide d’Alexa, ma crise baissa d’une coche. J’avais juste vraiment pas envie de vivre pour les autres, sachant que moi je serais mal tout le restant de ma vie. Sans doute enfermer jusqu’à la fin de ma vieillesse dans une chambre à l’asile. J’avais pas envie d’une vie comme ça. Et je n’arrivais pas à guérir, tout simplement parce que j’avais une tête dur et que je préférais mentir que d’être soigner. Je regarde Sarah. Je ne serai jamais père et tu le sais très bien. C’est de ta faute en plus! Oui, pour la première fois j’utilisais ce cas pour la blessé à propos de mon mal. Je ne lui en veux pas, mais je suis tellement mal en ce moment que je ne cherchais qu’à être méchant avec les autres. Je baisse le regard. De toute façon, qu’est ce que ça pourra me faire à moi si Alexa se suicide après moi? Je ne serais même plus là de toute façon! J’avais dit cette terrible chose à Sarah, mais au fond de moi, je me faisais encore plus mal de l’avoir dit. Évidemment que ça me blesserait qu’Alexa quitte ce monde à cause de moi. Mais je suis mal. Je n’ai que des paroles blessantes à l’esprit. J'avais envie de pleurer à cause de ce que je venais de dire, je me blessais moi même. Mais je me retiens pour ne pas laisser mes larmes aller. J’ai juste envie de disparaitre. Sarah avait le don de me remettre à ma place, j’en avais marre. J’avais la rage à mon plus haut point. Je ferme les yeux et la laisse sortir de mon corps. J’arrache le pansement que je portais à mon front, je le lance sur Sarah. Va au diable!!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jmallette-designgraph.com
avatar

Invité
Invité

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyMar 24 Nov - 8:23

Mais je sais aussi concernant le bébé que je porte s'il dit cela c'est qu'il me tiens un peu responsable. Son état lui fait juste accentuer ce mal. Serrant les points, je me redresse et m'avance a être a simplement quelques centimètre de son visage. C'est de ma faute si tu veux... Mais pourtant, moi je te vois comme père. Car n'oublie pas que je suis enceinte de toi... Et que je voulais te laisser la possibilité de connaître le bébé.... Je voulais même qu'il porte le nom de son père.... Mais actuellement sache que ton comportement ne m'encourage pas dans cette voie. Au contraire, tu me déçois et je ne veux pas d'un lâche qui choisit le suicide pour être le père de mon enfant.... Bien sur j'avais tenu sous silence la grossesse a risque que j'étais entrain de vivre pour ne pas aggraver sa situation. Même si j'en avais envie. J'avais envie d’être franche avec lui. De vive se que je vis avec lui même si il y a Aimerik. Seul Ian pouvais vraiment comprendre se que je ressentais. Au contraire je voudrais un homme qui tourne la page qui profite de la vie et de son amoureuse. Et qu'il fasse des projet d'avenir avec le futur enfant qu'il va avoir... Qu'il fasse comme moi. C'est a dire vivre Ian... j'ai retrouver l'amour.... Je ne le pensais pas possible et pourtant.... J'aime quelqu'un et bien plus fort que toi.... Je sais enfin se que tu a ressentit quand tu es tomber amoureux de Alexa. Alors écoute moi bien. Pour deux raison je sais que l’hypothèse du futur suicide d’Alexa ne t'enchante guerre. Et que tu dit cela simplement pour que j'abandonne. Mais justement je te connais.... 2 ans de vie commune et autant même de relation, ne peux pas disparaître ainsi. Je sais que tu dit cela car tu es mal et que c'est ta façon a toi de te couper du monde.... Mais la secondes raison qui me fais dire que tu va regretter tes paroles c'est que tu aime sincèrement Alexa et imaginer qu'elle se tue après ta mort, tu va culpabiliser même si tu dis que ça t'importe peu. La personne qui peux t'aider a aller mieux ce n'est pas ce psy..... Je le sais mais c'est Alexa, son amour et surtout toi.... qui a toutes les cartes en mains pour être heureux.... Je reste la en silence attendant la moindre réaction de sa part qui ne tarde pas a arrivée vu qu'il arrache son pansement et me balance a la figure. Instinctivement, ma main s'abat avec force sur sa joue. Que tu le veuille ou non, je reste ici et ne te laisserais pas seul.... Je me relève et me dirige vers la porte d'entrée pour leur demander de m'apporter une couverture et un magasine surtout car la nuit allait être courte. Puis récupérer cela, je m'installe sur la chaise, la couverture sur mes cuisse et commence a feuilleté le magasine en silence ne prétends aucune attention a Ian le laissant tranquille un moment pour qu'il se calme.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Calloway

Mes bougies : 36 ans
Lettres : 811
Date d'inscription : 05/09/2015
Localisation : Broken Hill
Emploi/loisirs : Médecin/obstétricien-généraliste
Humeur : reste optimiste

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyMar 24 Nov - 19:51


J’ai écouté les dire de Sarah. Je réfléchis. Mais sa forte claque empira mon cas. Je n’étais pas un homme violent. Mais ce n’est pas une façon de me ramener. Ça ne fait qu’empirer mon cas. Je reste silencieux. Je ne parlerai plus, parce que chacune de mes paroles ne font qu’envenimer la situation. Sarah avait tort. Je n’avais plus aucun avenir. On me l’a enlevé mon avenir. Même si je suis censé devenir père. Ce n’est pas moi qui l’élèverai, je n’aurai aucun droit sur l’enfant. Ce sera l’autre qui sera son père. Je suis heureux pour Sarah, si elle a rencontré l’amour. Elle ne sera au moins pas seule avec le bébé. Je n’aurai pas d’avenir avec cet enfant, ce n’est pas moi qu’il appellera « papa ». Je ne peux pas avoir d’avenir avec cet enfant, parce que je le verrai pratiquement jamais. Je serai un inconnu, un ami de sa maman à ses yeux, pas un père. C’est l’autre qui le sera. Mon avenir je l’ai perdu. Je me frotte la joue, ça me chauffait. Quelque chose coulait sur mon front, les points se sont brisés. Je soupire, mon regard au sol, pour pas qu’elle voit que la blessure s’est ouverte. Je me laisse aller à mes larmes. Je suis un lâche, ça je le sais. Je ne mérite même pas d’être avec quelqu’un. Elle pis ses conseils idiots. Je n’ai aucune carte en mains. J'ai brimé la vie de Sarah en tombant amoureux d’une autre, juste parce que je croyais que jamais je ne quitterai Broken Hill. Je m’étais senti prisonnier, j’avais eu besoin de réconfort et je me suis attaché à Alexa. Aujourd’hui tout à foiré. Mes rêves, mon amour, ma vie. Alexa ne m’aidera pas à aller mieux. Elle n’avait pas que ça à faire, rester avec moi. Je continuerai à mentir à Alex et au psy. Qu’on m’attache sur un brancard! Qu’on m’enferme dans une salle capitonnée! Je m’en fou! Je me replis sur moi-même, mes jambes contre moi, mes bras autour de celle-ci et je mets ma tête entre mon corps et mes jambes. La preuve que j’ai un grand cœur. Je suis prêt à renié l’enfant pour qu’elle et son nouveau copain soient heureux sans que je sois dans leur pattes. Je n’ai pas envie de voler les weekends de Sarah et de sa petite famille, parce que je serais avec l’enfant. J’ai fait une gaffe, je dois assumer. Je ne veux pas cette vie pour mon gosse, être trimballer entre sa mère et son père depuis sa naissance. Je ne participe pas à la grossesse, je ne participerai pas à sa vie. Je relève le visage vers Sarah, toujours plongé dans sa revue. Tout ce que tu as dis, n’a servi à rien! Je suis irrécupérable! Je suis bon pour l’oubli… Alors reste si tu veux, mais ne gaspille pas ta salive pour essayer de me faire raisonné, je ne raisonne plus à ce jour, compris?! Je remets ma tête entre mon corps. Je ferme les yeux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jmallette-designgraph.com
avatar

Invité
Invité

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyMer 25 Nov - 6:53

Relevant le regard vers Ian, je soupire. Il avait beau dire qu'il ne raisonnait pas pourtant c'est exactement se qu'il fait en réfléchissant et en me disant cela. Le regardant attentivement je réfléchit pour trouver quelques chose qui pourrait l'aider. Au moins le temps de quelques heures. Si tu ne raisonne pas comme tu dit, laisse au moins les gens qui t'aime prendre soin de toi..... Il est tard, tu devrais essayer de dormir..... Me levant je prends ma couverture mais aussi son oreiller et sa couverture qui était sur son lit et me positionne assise a coté de lui. Posant doucement une main sur son avant bras pour ne pas l'effrayer. Tu veux bien me regarder ? J'attendais sa réponse ou même sa réponse pour mes deux regrettes. Mais je me doute au fond de moi que ça ne sera pas simple. Soupirant je met la couverture sur lui et une autre sur moi. Oui j'avais envie de dormir mais je ne me le refusais pour être présente pour Ian. C'était lui qui devrais dormir avant tout et non moi. Ian, tu veux sûrement être seul et t'enfoncer dans l'oublie mais tu ne sera jamais seul quoiqu'il arrive. Il y aura toujours Alexa et moi pour t'aider et surtout t'épauler. Timidement j'essaye de m'approcher le visage pour y déposer un doux bisou sur sa joue.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Calloway

Mes bougies : 36 ans
Lettres : 811
Date d'inscription : 05/09/2015
Localisation : Broken Hill
Emploi/loisirs : Médecin/obstétricien-généraliste
Humeur : reste optimiste

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyMer 25 Nov - 18:48


Cela me fait littéralement chier de ne pas avoir encore réussis mon coup de suicide. Sarah ne lâchera jamais prise. Qu’elle aille dont s’occuper de son amoureux et de sa grossesse! Je n’ai pu rien à faire dans sa vie. Elle a trouvé un père pour son bébé et ce n’est pas moi, ce ne sera jamais moi. Je suis heureux pour elle et j’espère que son nouveau copain prendra soin d’elle et aimera ce bébé comme étant le sien. Moi tout ce que je voulais, c’est avoir la paix. Mourir et être en paix. Enlever le poids de ma dépression à vie de sur les épaules de ceux que j’aime. Je suis sur qu’Alexa pourrait trouver mieux que moi. Je ne la mérite pas. Je ne suis pas à la hauteur et puis, je ne serais pas foutu de lui faire un enfant un jour. La croix est déjà bien tracée sur cette case de ma vie. Je n’avais pas besoin d’être épaulé, je n’avais pas besoin d’aide. Je voudrais juste disparaitre. Ces trois derniers jours avaient été pleins d’espoirs, de sortir d’ici et de rentré avec Alexa chez elle. Mais hier, le psy en a décidé autrement, juge que, finalement je n’étais pas apte à sortir de cette hôpital. Je sais très bien que je ne pourrais supporter de rester enfermer pendant un mois encore, avant ma prochaine évaluation. Je n’avais même pas eu le droit à des vêtements, comme mon psy me l’avait promis. J’avais raison, ce genre de médecin n’est pas digne de confiance. Ils sont tous les mêmes!!! Je lève mon regard vers Sarah, lui montrant mon visage. Je soupire. À quoi bon dormir…. Alexa sera là dans moins d’une heure. Il était un poeu plus de 5:00 du matin. Même encore là, je n’ai pas envie de la voir. Elle verra à quel point je suis différent de ses trois derniers jours. À quel point j’ai baissé dans ma dépression. Sara embrassa ma joue, juste avant que je relève le visage vers elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jmallette-designgraph.com
avatar

Invité
Invité

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyJeu 26 Nov - 11:24

Il ne voulait pas dormir car dans moins d'une heure sa promise allait arrivée. Je trouvais cela chevaleresque qu'il ne veuille pas dormir pour attendre sa bien aimée. Mais d'un coté ne pas dormir n'allais pas lui profiter, il allait avoir une tête de zombi et Alexa verra tout de suite que quelque chose ne vas pas. De plus sa blessure au front avait besoin d’être soigner et Alexa la verra quoi qu'il arrive. Ian tu m'a dit que tu ne voulais pas que Alexa soit au courant c'est ça ? Si elle viens dans moins d'heure elle, elle comprendra que quelques chose se passe si tu ne dors pas un peu et surtout si tu ne me laisse pas te soigner ton front.... Je peux même te mettre un peu de fond de teint pour masquer tes futurs points.... Mais il faut que tu accepte que je m'occupe de ton front et que tu dorme.... Si tu veux je reste avec toi jusqu'à 5h45 comme ça tu ne restera pas seul longtemps seulement 15 minutes.... Et je repasserais t'apporter de nouveau vêtements... Posant ma main doucement sur sa joue, je porte mon regard sur son front pour regarder la plaie et surtout s'il a besoin de beaucoup de points ou non. Car forcement s'il me laisse le soigner, il lui faudra au moins 2 points pour remplacer ceux qui n'ont pas tenu. De plus peut être qu'il acceptera de me parler pendant que je le soigne et peut être que je saurais exactement de quoi il a besoin. Car il est évident que son traitement ne l'aide pas du tout. Tu veux me parler de se que tu a vraiment besoin pour aller bien? Des sorties? Ta Maison?
Revenir en haut Aller en bas
Ian Calloway

Mes bougies : 36 ans
Lettres : 811
Date d'inscription : 05/09/2015
Localisation : Broken Hill
Emploi/loisirs : Médecin/obstétricien-généraliste
Humeur : reste optimiste

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyJeu 26 Nov - 16:36


Je n’avais pas envie de voir Alexa, mais vraiment pas. Mais il le fallait, si non elle trouvera cela bizarre et inquiétant. Je laisse Sarah soigner mon front. Je coopère donc au soin. Mais c’est uniquement quand elle eut fini que je me décide à tout lui dire, le pourquoi je suis comme ça soudainement. Je me lève du sol pour aller m’assoir sur mon lit, apportant ma couverture avec moi. Je regarde Sarah. Je suis perdu, alors qu’il y a près de 4 jours, j’ai revu mon psy, tout allait bien. Tout allait dans le droit chemin. J’ai répondu à ses questions de la bonne façon. Je lui ai dit que ça allait mieux. Alexa lui a proposée de me laisser sortir et de me surveiller en allant habiter chez elle et son père. H24 j’aurais été en surveillance. Tout allait bien. Il m’a donné trois jours en me transférant ici. Me promettant des vêtements, le droit d’aller dehors. Je n’ai rien eu de cela, jusqu’à ce qu’il me dise que finalement, j’avais besoin d’un mois encore enfermé ici dans cette chambre. Ils sont tous les mêmes… On ne peut pas avoir confiance au psy… C’est en restant ici, enfermé que je ne sortirai jamais, la preuve, je ne peux pas guérir parce que je n’ai pas de soin, à part ce traitement qui ne marche pas finalement. Bon OK, j’ai mentis en disant qu’il fonctionnait, que j’allais bien, mais qu’au finale, dès que je me retrouve seul, la nuit, je sombre. Je pleure, j’ai envie de disparaitre. Mais ce qui a fait que j’ai fait cette crise cette nuit, c’est ma nouvelle condition. Qu’on m’ait refusé la sortie pour aller vivre chez Alexa. C’est ce changement de situation qui me rend fou. Je sais déjà qu’elle en est l’isssue… y’en a pas finalement, je resterai ici pendant des années. Alors je préfère en finir que d’attendre un an, 5 ans, voir 10 ans que je sorte d’ici. Dis toi que ce n’est pas une vie pour moi. Je préfère mourir que de vivre ainsi. Oui j’ai mentis au psy et que je suis pris avec un traitement médicamental qui ne fonctionne pas. J’ai mentis à Alexa que j’allais bien, que je savais gérer mes crises, mais non, je… je ne les gère pas et depuis le jour ou tu m’as sauvé la vie il y a presque 4 semaines. Je baisse le regard, je soupire fortement. Je meurs d’envie de sortir d’ici. Je meurs d’envie de recommencer à travailler. Mais je n’aurai pas le droit à cela avant longtemps. Même si je vais bien, on ne me permettra plus d’être médecin, j’ai le pressentiment que ce sera ainsi. Je serai un danger pour mes patients. J’ai gâché ma vie avec cette double tentative de suicide. Et encore j’ai recommencé et je sais que ça ne sera pas la dernière fois. Je recommencerai sans doute le jour ou je rechuterai. Et je ne veux pas faire subir tout ça à Alexa et ni à toi. Tu vas avoir une famille, je ne veux pas être un poids pour toi. Je la regarde. Je ne veux pas voir Alexa, j’en ai pas la force. Je suis en train de brimer sa vie. De lui enlever des rêves. Dans l’état où je suis, il serait préférable que je sois seul et sans amour. Je préfère rompre maintenant qu’elle le fasse dans quelques mois, au moment où… je serai lucide et guéris. Je pourrai au moins partir en paix… Je me passe une main dans les cheveux. Je venais de vider mon sac. Seule Sarah pouvait me comprendre. Maintenant tu peux y aller. Je vais sans doute dormir toute la journée. Je suis fatigué. Merci d’avoir été là et de m’avoir écouté. J’approche ma main pour caresser sa joue, amicalement de mon pouce, lui souriant pour la rassurer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jmallette-designgraph.com
avatar

Invité
Invité

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyJeu 26 Nov - 20:28

Souriant légèrement je m’attelle a ses soin. Maquillant par la même occasion son front pour masquer ses points pour la visite d'Alexa. Ian avait pas besoin de ses remontrance pour le moment. Il en avait pas envie je l'avais bien compris car il ne voulait pas qu'on explique a sa promise se qu'il avait fait et dans quel état il se trouvait. Voila, tu es beau comme tout... Alex ne verra pas ta plaie sauf si tu fait de nouveau l’imbécile et que les points saute et que tu re saigne....Lui souriant légèrement. Je le vois se lever puis se diriger sur son lit avec sa couverture. Je me lève et va le rejoindre sans faire de bruit l'écoutant. Et plus je l'écoutais et plus je comprends qu'il était pleinement conscient de son état. Bien sur, j'aurais pu l’arrêter et essayer de le résonner mais il avait surtout besoin d’épaule sur qui se reposer pour le moment. Enfin c'était comme cela que je le comprenais puis si je veux l'aider il fallait que je sache exactement quel était le déclencheur de cette rechute. Et le déclencheur était son enfermement. Je ne pouvais malheureusement pas faire grand chose pour cela. Sauf peut être soudoyez le psy. Mais c'est mission impossible. Il faudra que je trouve une autre solution pour qu'il passe au moins une journée et une nuit loin de cette chambre. Posant ma main sur son bras, je l'invite a poursuivre son récit sans un mot. Je lui parlerais a la fin. Je ne veux pas le couper en si bon chemin. Il s'ouvre a moi et ce n'est pas le moment pour l'interrompre sinon il risque de se renfermer un peu plus sur lui. Ses propos certes me fessai mal en les entendants mais la médecine c'était toute sa vie ainsi que fonder une famille et tout cela risquait de lui être enlever. Alors je peux comprendre qu'il soit si désespérer. Mais ce que je n'arrivais pas a comprendre c'était ce sentiment qu'il brime la vie d'Alexa et qu'il ne veux pas la voir. Au contraire il envisage même de rompre pour partir seul du monde des vivants. Et justement je ne le comprends pas car il ne brime en aucun cas Alexa. Elle l'aime c'est normal qu'elle soit présente. Mais certes je n'allais pas non plus tenir tète a Ian sur cela. Au contraire ça risquerait d'empirer. Puis il termine son recit et je le regarde en silence essayant de déceler une once d'espoir au fond de ses yeux mais rien malheureusement. Posant ma main sur la sienne qu'il venait de poser sur ma joue je soupire. Ian avant que je te laisse sache que tu n'es un poids pour personne. Au contraire, on t'aime et quand on aime une personne on est la a n'importe quel heure de la nuit. Ma présence ici le prouve. DE plus me concernant, oui j'ai une famille maintenant.... Mais je l'avais déjà avant a New York, tu en fessais déjà partie et tu en fait toujours partie.... Elle s'est juste agrandit....M’arrêtant, je soupire et tire la chaise pour m'installer a coté de lui sur celle ci. Puis pour Alexa, elle t'aime et je suis convaincu que tu la brime pas... Mais certes si tu veux ne pas la voir aujourd'hui, je peux prétendre que tu a besoin de soin particulier et je t’emmènerais a mon cabinet... A l'arrière il y a une pièce de repos.... Tu pourra dormir labas et quand tu te sentira mieux je te ramennerais ici ou j’appellerais Alexa pour qu'elle te ramène... C'est a toi de décider se que tu veux que je fasse...Me levant je viens déposer un bisous sur sa joue plongeant mon regard dans le sien, restant silencieuse quelques secondes. Je reviens tout a l'heure, avec des nouveaux vêtements et je vais essayer de voir le psy entre temps pour lui parler. Peut être que si ce psy voit que un médecin est de ton coté pour t'épauler il acceptera au moins quelques sorties... Allez prends soin de toi et si tu a le besoin a n'importe quel heures, fait moi appeler d'accord?
Revenir en haut Aller en bas
Ian Calloway

Mes bougies : 36 ans
Lettres : 811
Date d'inscription : 05/09/2015
Localisation : Broken Hill
Emploi/loisirs : Médecin/obstétricien-généraliste
Humeur : reste optimiste

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] EmptyVen 27 Nov - 3:21


- C’est là qu’on réalise à quel point les gens nous aime alors qu’on a tant pensée que c’était le contraire. On a l’impression de les traiter d’égoïstes en raison que nous sommes obligés de rester vivants pour eux, alors que l’on désir quitter ce monde parce qu’on est mal dans notre peau. On veut disparaitre parce qu’on croit être de trop ou encore trop malheureux pour continuer à vivre. - Je suis dans la seconde catégorie. Je ne sais pas si je finirai par accepter le fait de ne pas avoir ma propre famille un jour. Cette future vie pour moi, n’existe plus. Même que je me dis, que vivre avec quelqu’un ne sert à rien maintenant. Le but de l’humain, c’est de perpétuer la race et sa génération. La mienne c’est terminé avec moi. Même si Sarah porte mon enfant, ce n’est pas mon nom qu’il portera, mais celui de l’autre mec. Je ne peux pas dire que le nom des Calloway se termine avec moi, parce qu’il y avait encore mon frère. Voilà pourquoi il y a eu des jumeaux. Un des deux était le maillon faible et celui qui serait détruit une fois adulte. Ma vie c’est arrêté il y a un mois exactement. Et je continuerai à le penser et à finir par réussir de disparaitre. C’est comme ça que je me sens. De trop. Inutile. Perdu. Et une perte de temps pour mon entourage. Je viens de perdre sans doute mon boulot. Et aussi une vie normale. Je doute que je ne quitterai pas cet hôpital avant plusieurs mois. Sarah aurait mit au monde son bébé depuis longtemps, le jour où je sortirai d’ici. C’est le baiser à ma joue de Sarah qui me sorti de ma pensée, je la regarde et lui offre un sourire. Merci pour tout Sarah. Tu es une bonne personne et une amie. Prend soin de toi. De ton nouveau copain et qu’il prenne soin de toi surtout et surtout, rend ce bébé heureux que tu portes. Ta présence m’a fait du bien, et je vais bien OK. Je vais attendre Alexa, elle va se pointer dans trois quart d’heures. Je t’appellerais si j’ai besoin de quoi que ce soit. Je prends sa main pour en embrasser sa paume et je la lâche pour la laisser partir. Elle devait prendre soins d’elle et du bébé pour le moment, j’avais assez pris de son temps. Et moi, en attendant l’arrivé d’Alexa, je réfléchis à une façon de comment je vais lui annoncer que je veux rompre. Sarah quitta ma chambre une fois que je me suis endormi. Assez rapidement je peux dire. Je dormais surement encore quand Alexa arriva.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.jmallette-designgraph.com

Contenu sponsorisé

Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Un mal de vivre terrible. [F. Libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas

Un mal de vivre terrible. [F. Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Il faut vivre.
» Lettre [libre]
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken Hills :: L'espace loisir :: Archives-